Je suis né quelque part un jour bien précis, le 5 novembre.

Alors être geek, se reconnaître mauvais community manager, travailler dans le web et avoir son anniversaire un 5 novembre, cela n’avait pas d’importance jusqu’à cette année-là…

Anonymous, un réseau hacktiviste

Ce billet n’a pas vocation à féliciter les Anonymous ou à en faire l’apologie.

Ce mouvement hacktiviste, contraction de hacker pirate et du mot activiste, me semble dans la même lignée que WikiLeaks car il se dit œuvrer pour le bien de tous et notamment pour la liberté d’expression sur le web.

We are Anonymous. We are Legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us.

Un groupe d’anonymes

Selon certains, le groupe Anonymous serait la première superconscience d’Internet, expression utilisée par Chris Lander dans l’édition du Baltimore City Paper du 2 avril 2008.

Anonymous serait constitué d’électrons libres et anonymes se dirigeant vers un objectif commun l’espace d’un instant.

Anonymous

La principale force d’Anonymous ne reposerait pas sur des compétences informatiques élevées mais sur le nombre des anonymes.

Les attaques informatiques non-DDoS sont en effet à la portée de n’importe quel internaute équipé d’un logiciel adéquat.

Un mouvement défenseur des droits privés

A ce jour, les Anonymous ont revendiqués un grand nombre d’attaques à l’encontre de groupes bien connus comme MasterCard, PlayStation, Sony ou YouTube.

Le réseau a aussi été partie prenante du printemps arabe ou révolution de jasmin.

Dans tous les cas, le groupe explique ses attaques en arguant la protection de la liberté d’expression ou des informations privées et sensibles des internautes.

Cette fois-ci, leurs attaques seraient dirigées contre Facebook, le premier réseau social mondial.

Facebook, réseau social mondial et capitaliste

Ce réseau social déchaine les passions.

A l’origine uniquement destiné aux loisirs, Facebook devient le repère de toutes les entreprises surfant sur la vague du web 2.0.

Ne rêvez pas, si vous êtes sur Facebook, vous êtes un produit et donc un prospect potentiel pour X marques.

Car oui, le problème n’est pas réellement le réseau que vous utilisez pour trouver des amis, discuter ou commenter des statuts mais bien la politique de confidentialité de ce dernier.

Facebook aime à mettre à jour sa politique de confidentialité et on est en droit de se demander dans quelles mesures chaque internaute est protégé.

Mettre la main sur les informations d’un compte Facebook, c’est connaître beaucoup de choses sur une personne :

  • Son nom et prénom ;
  • Son adresse ;
  • Son mail ;
  • Ses activités, hobbies, thématiques privilégiées ;
  • Ses contacts…

A partir de ces quelques éléments, vous pouvez qualifier votre prospect et lui envoyer des offres en adéquation avec ses centres d’intérêt, lui faire partager des produits par l’intermédiaire de ses amis aimant déjà votre produit, le solliciter par voie postale, mail ou téléphone…

Bref, une mauvaise gestion de cette politique de confidentialité serait la porte ouverte à tous les démarchages et à l’entrée, dans votre espace de loisirs, du monde capitaliste.

Facebook pourrait décider de vendre des informations privées à des organismes tiers.

Bon d’accord, c’est un peu paranoïaque mais la méfiance a toujours été et restera, je pense, un recours à la rapidité d’expansion des moyens de communication et de diffusion de l’information.

Anonymous VS Facebook

Une vidéo circule sur la toile et semblerait provenir d’Anonymous.

Le groupe hacktivisite aurait décidé d’attaquer Facebook pour plusieurs raisons :

  • Des failles de sécurités seraient présentes ;
  • Facebook divulguerait des informations à des sociétés annexes dans un but d’espionnage comme ce fut probablement le cas en Égypte et en Tunisie ;
  • Les données personnelles et privées resteraient sur Facebook, même après suppression du compte…

Je rejoins les deux premiers points clairement.

Si ce n’est pas encore le cas pour la divulgation d’information, ce le sera bientôt.

Un réseau social qui permettrait d’identifier des personnes, des adresses IP d’un mouvement quelconque, tous les gouvernements voudront ouvrir cette boite de Pandore en arguant la sécurité nationale.

Par contre, le dernier point me semble un peu abusif. Le problème n’est pas Facebook mais le web plus généralement. Si vous tenez un Skyblog, si vous avez un compte Twitter, pensez-vous vraiment que tout disparait à la longue ? Bien entendu que non, tout ce que vous faites sur le web reste et restera bien après vous.

Pensez à ceci quand vous écrirez des propos borderline, que vous attaquerais quelqu’un ou que vous raconterez votre première cuite. A votre futur entretien d’embauche, quand vous deviendrez ministre, parent d’élève ou fonctionnaire, quelqu’un saura peut-être s’en rappeler.

L’OP_Facebook, un fake ?

Malgré tous ces points qui pourraient légitimer une attaque d’Anonymous contre Facebook, la vraie question est de savoir si cette attaque est réelle ou fictive.

En effet, le groupe n’attaquerait ni les loisirs ni les médias populaires. De même, le fait de tuer un adversaire ne serait pas dans les habitudes d’Anonymous.

Alors, que croire ? Qui croire ?

Même si Facebook est un média social très intéressant et probablement pertinent dans ce siècle de communication digitale, cette attaque d’Anonymous pourrait être un faux.

Je me réjouis cependant de voir toute cette ébullition autour du 5 novembre car, même si l’attaque ne s’avère pas réelle, le buzz autour aura peut-être permis à certains d’ouvrir les yeux sur Facebook et sa politique souvent borderline.

La vidéo serait un extrait du film V pour Vendetta, référence à la conspiration des poudres du 5 novembre 1605. Le masque des Anonymous est d’ailleurs celui de Guy Fawkes.

La seule certitude pour moi, c’est qu’avoir son anniversaire le jour de l’OP_Facebook, c’est vraiment geek et VDM ou comment être anonyme le jour de sa naissance !