Le SEO en 2013

Le monde du référencement est un secteur en veille permanente focalisé à 99% autour de Google. Mises à jour de l’algorithme, animaux en tout genre, le SEO suit et subit l’influence de son meilleur ami.

Mais, en 2013, référencer un site, cela veut dire quoi ?

Quid 2013 du référencement

Grosso modo, le but d’un bon référencement est d’être bien placé dans les moteurs de recherche. Il faut donc éviter les pénalités GG et autres blacklistages.

Pour faire du SEO propre, voilà ce qui ressort de l’infographie pour les tendances 2013 selon MediaWhiz.

Garder son site dans les recherches

On parle de SEO et SMO.

  • Authorship : focaliser sur le potentiel de Google et Google+ pour développer sa visibilité et son e-réputation ;
  • Fréquence de publication : avoir un contenu frais avec une fréquence de publication rodée (35%) ;
  • SMO : le diffuser sur les réseaux sociaux (79% des webmarketeurs font sur le web social pour trouver un contenu à partager) ;
  • Engagement : réfléchir pour susciter l’engagement sur son site et l’interaction (merci d’éviter les nian nian « Qu’en pensez-vous ? » « Et vous ? » « Apéro ? »)…
  • Signals sociaux : le social impacte sur le positionnement d’un site de manière encore obscure mais certaine.

J’ai envie de dire qu’il n’y a pas de surprise. Un site mis à jour et qui vit par ses publications et/ou sa communauté sera apprécié par le crawler.

Halte aux lourdauds

Dans la catégorie des choses à éviter :

  • Le bourrinage de mots clés ou keyword stuffing, très en vogue en footer de page d’accueil ou dans des textes cachés (toggle content) ;
  • Le brouillard éditorial qui noie l’idée principale de la page dans une mer de contenu annexe ;
  • Le contenu mal spinné ou carrément récupéré tel quel ailleurs (duplicate content).

Ancrage et keyword

Il y a aussi une partie sur l’ancre :

  • Varier le nom de votre marque avec d’autres termes rattachés et, notamment, l’url ;
  • Ajouter un keyword à l’ancre contenant votre nom de marque ;
  • Indiquer un CTA genre « cliquez ici » ou « en savoir plus ».

Sur les chiffres, j’ai des doutes sur leur exactitude.

  • Le nom de marque devrait faire partie du top 5 des ancres les plus utilisées.
  • Il ne faudrait pas dépasser 50% de liens avec ancre optimisée par des mots clés sous peine de se voir sanctionner.

Des retours mesurés sur des sanctions et pénalités pour trop de mots clés ?

SEO référencement 2013

2013 année de l’utilisateur

Par contre, j’apprécie le rappel de fin : se focaliser sur l’utilisateur final. Un peu moins la phrase suivante qui prévoit encore de la veille effective en SEO !

Allez, avec ces préco, on pourra passer au travers de Pingouin 4. #OuPas

Catégorie Infographies, Référencement

Surface Pro débarque ! » « Deviens Super Mario Bros
Bannière 468 x 60 pixels en fin d'article
3 commentaires
  1. Une infographie très complète et compréhensive malgré sa taille. Il est clair qu’un site mis à jour régulièrement est apprécié des moteurs.

    [NDLR : merci Céline pour ton commentaire mais Mathilde fait un peu plus de contenu alors merci de me faire du donnant-donnant histoire qu’on soit tous content.]

  2. Voilà qui complète l’infographie et mes commentaires publiés cette semaine sur mon blog : Référencement, le SEO bas de gamme coûte cher !

    J’ai bien aimé ton commentaire sur l’engagement (merci d’éviter les nian nian « Qu’en pensez-vous ? » « Et vous ? »). Ca marche aussi pour les blogueurs qui commentent pour avoir du DoFollow ? ;-)

    [NDLR : toi je t’aime bien et je vais piquer certaines infographies chez toi alors :D ]

  3. Apparemment c’est même beaucoup moins que 50% en ancres optimisés… Ce qui paraît logique, si on part du point de vue de Google qui consiste à dire en mode Bisounours que les gens font des liens vers ton site sans jamais penser au SEO… Ca donne donc effectivement des url en dur, du « cliquez ici » à tout va et du nom de marque / nom de site à la louche, mais quasiment jamais d’ancre optimisée. Ceci dit, on peut penser qu’entre la pénalité et l’absence totale d’action il a une zone étendue dans laquelle Google ne prend pas de mesure coercitive mais allume probablement en orange ou rouge un indicateur. Et si c’est le cas de plusieurs d’entre eux, là la sanction tombe.

    La vraie question que je me pose est s’il faut veiller uniquement à ne pas abuser d’ancres optimisées ou s’il faut également prendre soin de respecter certains proportions (comme par exemple en effet la part des « cliquez ici » ou « en savoir plus »). Et là, plusieurs études se révèlent contradictoires.

© 2011 - 2016 TiPi's blog Tous Droits Réservés

Haut de page ↑